CELEBRATION DE LA SOLENNITE DE SAINT ANNIBALE AU SCOLASTICAT DE NGOYA

« Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1 Co 11, 1)

La solennité de notre fondateur, Saint Annibale Maria Di Francia a été vécu cette année dans le Scolasticat Rogationniste à Ngoya, sur le prisme de cette exhortation de l’apôtre Paul aux Corinthiens : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1Co 11, 1). Ayant parcouru de fond en comble l’Anthologie Rogationniste sur la spiritualité de notre Fondateur, nous avons voulu célébrer ce 1er Juin 2017, d’une manière spéciale, afin de manifester la qualité de l’identification du Père Hannibal au Christ. S’inspirant donc de l’amour de prédilection qu’il avait pour les pauvres et les besogneux, ainsi que sa passion pour l’unité entre les hommes, le Scolasticat Saint Annibale Maria Di Francia de Ngoya a rehaussé cet événement solennel en réalisant deux activités majeurs à savoir : Un acte de charité à l’endroit des personnes du 3ème âge ; Une rencontre spirituelle avec les parents des religieux en formation. Toutes ces activités ont été précédées par un triduum en l’honneur de Saint Annibale.

1-Une imitation au Christ à travers une vie de charité

                C’était dans l’après-midi du mercredi 31 mai 2017, veille de la solennité de notre Saint Fondateur, qu’un groupe des religieux et séminariste en formation, sous la houlette du Père Eugène NTAWIGENERA, Supérieur du Scolasticat, avaient pris la route pour le Foyer d’accueil des personnes âgées abandonnées sur elles-mêmes. Ce foyer qui se trouve près de la paroisse de Nsimalen dans l’archidiocèse de Yaoundé est dirigé par les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul. Nous leur avons offert le fruit de notre effort du Carême 2017: des vêtements et chaussures, deux sacs de riz, un carton de savon de Marseille, deux cartons de savon en poudre et deux paquets de chapelet. Nous avons fait l’expérience de la souffrance en voyant toutes ces vieilles personnes affligées, certains par des malaises psychologiques, d’autres par une paralysie quelconques ou par l’âge déjà trop avancé. Émus, ils ont exprimé leur joie à travers les causeries avec les confrères et des chants d’animation auxquels ils participaient aussi en entonnant des refrains.  Ainsi, après y avoir passé deux heures de temps dans la communion fraternelle avec elles, le supérieur a conclu la visite par une prière d’action de grâce, suivi de l’imposition des mains aux malades. C’était donc dans une ambiance de parfaite gratitude que nous nous sommes retirés de leurs yeux aimants, tout en se promettant de rester en union de prière.

2-Une imitation du Christ dans la rencontre spirituelle avec nos parents

                Notons avant tout que la rencontre organisée par le Scolasticat avec les parents des religieux en formation est à sa troisième édition cette année. Contrairement aux éditions antérieures, celle-ci était très spéciale, à cause de son caractère participatif dans la mouvance des activités qui ont meublé la solennité de notre Saint Fondateur. Samedi le 03 juin, tous les parents étaient  présent avant 9h, puisque ceux qui venaient de loin avaient passé la nuit en communauté. C’est donc à cette heure que débuta la rencontre, sous le guide du Supérieur du Scolasticat, père Eugène Ntawigenera. Cette journée était meublée par un enseignement sur « le témoignage de la famille du religieux Rogationniste comme lieu de l’unité et de la miséricorde », une adoration Eucharistique, une messe communautaire présidée par le Père François Birindwa Kajibwami, vice-supérieur, puis l’agape fraternelle. Ainsi, après la table Eucharistique, suivie de la séance des photos, nous avons cheminé vers la table domestique où nous avons partagé des menus locaux. Notre agape se vivait dans l’ambiance des diverses présentations, des discours et de la joie d’être ensemble. C’est vers 16h30 avec la prière conclusive du Supérieur, qu’a pris fin cette semaine de festivités  en l’honneur  de notre Saint Fondateur, depuis le Triduum jusqu’à la rencontre avec nos parents. 

                                                                                              Fr. Pierre EVOE BIDIME, RCJ

                                                                                              Etudiant de 3ème année de théologie