Les Rogationnistes au Cameroun, 15 ans déjà

Parmi les multiples congrégations religieuses au Cameroun, tout le monde attend parler des Rogationnistes du Cœur de Jésus. Qui sont-ils ? Il y a quinze ans ils sont au Cameroun, quel bilan pouvons-nous faire de leur présence dans ce beau pays ?

En effet, les Rogationnistes du Cœur de Jésus sont un Institut religieux clérical de vie apostolique  de  droit pontifical, fondé par Saint Hannibal Marie di Francia, un prêtre italien du Diocèse de Messine. Ordonné prêtre le 16 mars 1878, il fonda la congrégation des Rogationnistes le 16 mai 1897. Il fut béatifié le 07 octobre 1990 et Canonisé le 16 mai 2004 par le Saint Pape Jean Paul II. L’idéal chrétien des Rogationnistes se fonde sur la pastorale des vocations, sur la base des sacrées paroles de Jésus en Matthieu 9, 37-38 ou Luc 10,2  « La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux, priez donc le maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson ». L’injonction Rogate-Priez est devenue le Patronyme de la congrégation.  Ce commandement fait participer le Rogationniste à la vie et à la sainteté de l’Eglise ; il est la voix qui continue la prière du Christ Jésus à son Père céleste pour qu’il envoie de nombreux et saints ouvriers dans sa moisson. Cette prière a pour objet de  réclamer à Dieu, de se manifester par le don des vocations nombreuses et saintes dans l’Eglise et dans la Congrégation en particulier. Dans le but d’étendre ce commandement de Jésus partout dans le monde, les Rogationnistes sont au Cameroun depuis le 28 novembre 2000.

En cette année donc, cette congrégation a la joie de célébrer ses 15 ans d’existence dans cet ilot de paix qu’est le Cameroun. Point n’est besoin de présenter la litanie de ses réalisations. Toutefois, il sied de faire remonter le temps par ce bref survol pour comprendre le sens de la célébration de cet anniversaire en invoquant ces initiateurs, sa présence au Cameroun, ses œuvres et pourquoi pas ses projets.

Sous l’invitation de Mgr Victor Tonye Bakot, alors évêque du diocèse d’Edéa, la Congrégation des  Rogationnistes répondra présente en venant déposer ses valises dans le Diocèse d’Edéa le 28 novembre 2000. En effet, arrivés au Rwanda en 1978, les Rogationnistes vont aussitôt se mettre à l’œuvre dans l’Evangélisation sous l’égide de leur charisme du Rogate en se dévouant pour la prière des vocations comme étant sa pastorale sans omettre le service des nécessiteux et besogneux. Mais avec les évènements dramatiques de 1994, il fallait se trouver une nouvelle terre d’accueil plus paisible et stable. Dans cette recherche, comme par grâce, le diocèse d’Edéa était également à la quête d’une congrégation masculine car n’ayant aucune en son sein. La providentielle rencontre de deux désirs va ainsi permettre au Supérieur Général, le Père Giorgio Nalin, l’envoi du Père Wilfredo Cruz, Nicolas Villora venant des Philippines et Venuste Sibomana, venant du Rwanda, fonder une nouvelle communauté Rogationniste à Edéa.

Très vite, les Pères fondateurs de cette nouvelle présence vont se mettre au travail. Ils vont se dévouer à l’apostolat au sein du Diocèse. Le Père Vénuste sera aumônier des jeunes, le Père Nicolas (Niky) sera vicaire dominical à Bonamoukengue, le Père Wilfredo (Willy) sera chargé des vocations du Diocèse pendant onze ans, et curé à la paroisse Marie Reine de l’axe Lourd. Tous vont se vouer à l’évangélisation en donnant un coup de main efficace au Diocèse. Les nombreux démunis et nécessiteux du coin se feront parrainer afin de poursuivre leurs études. Pour pérenniser leur œuvre, dans la nouvelle communauté bâtie par eux, non loin du carrefour Kribi sur la route de Kribi, ils vont ouvrir les portes à tous les jeunes qui s’intéresseront à leur forme de vie. Ainsi, en 2004, débutera la formation des jeunes aspirants à être Rogationnistes. Depuis lors, cette maison appelée lors de sa fondation Maison de Formation Saint Hannibal Marie Di Francia mais aujourd’hui Grand Séminaire Rogationniste, a déjà accueilli onze promotions. Le premier prêtre Camerounais, issu de la première promotion est le Père Etienne Lipem, originaire de la Paroisse Christ Roi de Log-bikoï, ordonné le 31 janvier 2015. La deuxième promotion est constituée des Pères Dieudonné, Gabriel et Jean Marcel. Ils ont été ordonnés prêtre  le 05 septembre 2015.

Dans le désir de permettre à ces jeunes aspirants Rogationnistes de poursuivre leur cursus formatif, le Père Vénuste Sibomana conduira la première promotion à Nkolbisson pour les études philosophiques chez les Pères Oblats de Marie Immaculée en 2005. Puis en 2006, en attendant la fin de la construction de la maison de formation à Ngoya dans la Lekié, les Missionnaires du Sacré Cœur leur feront bon accueil pour un an. Ainsi, après un temps intense des travaux de construction réalisé par l’entrepreneur Alain Assiga, en 2007, en présence du Supérieur Général le Père Giorgio Nalin, l’Evêque d’Obala, Mgr Jerôme Owono Mimboé va inaugurer la nouvelle communauté rogationniste qui portera le nom du Scolasticat Saint Hannibal Marie Di Francia de Ngoya. Le Père Vénuste est alors Supérieur et responsable des théologiens dudit scolasticat tandis que le Père Philip Leyza Golez est vice-supérieur, économe et responsable des philosophes. Les étudiants en philosophie mènent les études à l’Institut de Philosophie Saint Joseph Mukasa de Nkolbisson et ceux de Théologie fréquentent à l’Ecole de Théologie Saint Cyprien de Ngoya.

A Ngoya, les Rogationnistes vont également se dévouer à l’évangélisation : faisant la pastorale avec les enfants du village, adoptant les plus démunis et nécessiteux, aidant dans les différentes paroisses sous des formes diverses en particulier à la paroisse Ebebda où les Pères Rogationnistes sont vicaires dominicaux, les collèges en ayant toujours en esprit la dimension charismatique qui s’inspire des paroles de Jésus : « La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maitre de la moisson d’envoyer les ouvriers dans sa moisson » (Mt 9, 38 ; Lc 10, 2). Ceci  dans l’esprit et l’héritage de saint Hannibal Marie Di Francia, fondateur de la congrégation des Filles du Divin Zèle en 1887 et des Rogationnistes en 1897.

A Edéa, la communauté a à présent le Père Philip Leysa Golez comme supérieur succédant au Père Wilfredo Cruz et le père Etienne Lipem, vice-supérieur de la communauté et responsable des propédeutes en succession des Pères Louis Buhuru, Philip Golez, Elisé Kabera et Venuste Sibomana. A Ngoya, le Père Wilfredo Cruz, supérieur de la quasi-province de l’Afrique, est le supérieur de la communauté de ladite communauté, succédant les Pères Isidore Karamuka et Venuste Sibomana. Le Père Eugène Ntawigenera est vice-supérieur et responsable des théologiens en succession du Père Jean Pierre Ntabwoba et le Père François Birindwa est économe et responsable des philosophes en remplacement des père Eugène, Shibu Kavunkal et Philip. Pour cette année académique 2014-2015, la communauté de Ngoya compte 16 étudiants en théologie, un stagiaire et 18 étudiants en philosophie.

Depuis un an, soit le 1er juillet 2014, la congrégation est présente dans le diocèse de Kumbo avec les Pères Saji Kappikuzhi et Jeffrey Jagurinet, le frère Zack Bertrand. En 15 ans d’existence, on ne peut s’en empêcher de rendre grâce à Dieu pour tout ce qu’il a déjà réalisé pour les Rogationnistes, avec les Rogationnistes et par les Rogationnistes au Cameroun. Il y a encore beaucoup à faire, beaucoup à dire mais en attendant, on s’abandonne à la providence en lui suppliant d’envoyer dans son Eglise de nombreux et sains ouvriers car la moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux.

                                                                                    Frère DOURWE Bernard, RCJ