Le Scolasticat Hannibal Marie Di Francia de Ngoya fête ses 10 ans

LE SCOLASTICAT SAINT HANNIBAL MARIE DI FRANCIA DE NGOYA CELEBRE SES 10 ANS D’EXISTENCE

 

Le scolasticat saint Hannibal Marie Di Francia est une maison de formation de pères Rogationnistes. Il prépare les jeunes à devenir des religieux et des prêtres rogationnistes. Il est dans le Diocèse d’Obala, paroisse saint Pie X de Ngoya à une dizaine de  kilomètre de la ville de Yaoundé. Depuis 2005, le scolasticat a commencé ses activités formatives pour les futurs membres de cette famille religieuse. Etant donné que le scolasticat était encore en construction, les premiers jeunes en formation étaient logés pendant deux ans, d’abord chez les oblats de Marie Immaculée en 2005 et ensuite chez les missionnaires du Sacré Cœur à Nkolbisson en 2006. Ces jeunes qui avaient inaugurés la formation chez les Rogationnistes  ont intégré le Scolasticat Saint Hannibal en 2007 à Ngoya. Le scolasticat abrite depuis lors  les étudiants en philosophie et les religieux en théologie pour leur premier cycle respectif.

Aujourd’hui, c’est une grande joie pour le scolasticat saint Hannibal de celebrer ses dix ans d’existence dans le Diocèse d’Obala. De 2005 à 2015 le scolasticat a formé 10 prêtres venant de trois nationalités différentes : Les Pères Eugene Ntawingenera, , Fidèle Twagirumukiza, Viateur Kalinda et Jean Baptiste Ndahimana et Abbé Jean Claude Ndashimie, ancien Rogationniste, pour le Rwanda. Le Père François Birindwa pour la RDC et les Pères Lipem Etienne, Gabriel Kom, Jean Marcel Noumbissie et Dieudonné Baleba Baleba, pour le Cameroun.

La mission au Cameroun compte actuellement : 3 novices Camerounais : Yannick Ngetchounzo, Song Balog Daniel et Mabou Clovis Marius ; 17 étudiants en philosophie dont 6 pré novices, 13 étudiants religieux en Théologie dont 7 Camerounais.

Nous pouvons sans ambages affirmer que le bilan est positif. En 15 ans les chiffres parlent d’eux même, « Au lieu de se plaindre de ce que la rose a des épines il faut se féliciter de ce que l’épine est surmontée de roses et de ce que le buisson porte des fleurs. » Beaucoup sont partis certes le bilan serait plus fructueux mais ce qui a été fait mérite d’être apprécié à sa juste valeur.

Nous avons espoir que le Maître de la moisson fera fructifier le travail des 10 prêtres actuels qui ont été formés au Scolasticat et que la moisson sera remplie de bons et zélés ouvriers pour le peuple de Dieu. « Les bons succès dépendent quelquefois du défaut de jugement parce que le jugement empêche souvent d’entreprendre plusieurs choses que l’inconsidération fait réussir »tel est notre propos à la fin de cet article qui récapitule les dix années d’existence du Scolasticat Rogationniste au Cameroun.

Beaucoup reste à faire, malgré la crise actuelle des vocations,  nous Prions le Maître de la moisson, car c’est lui qui appelle à sa suite, la prière reste le médicament le plus efficace pour le manque d’ouvriers et pour la sauvegarde de ceux qui ont encore le courage de s’engager. Bonne fête à tous.

P. Dieudonné Baleba Baleba, Rcj